Un éco-ciné pour un éco-quartier – Cinéma Utopia de Pont-Sainte-Marie

Présenté par Anne Faucon, rédactrice dans les gazettes d’Utopia et responsable du projet d’Utopia Pont-Sainte-Marie (Aube)

L'intégralité du dossier de presse est disponible ici.

Un cinéma dont 12 ans de fonctionnement équivaudront au bilan carbone d’un aller-retour en avion pour 5 personnes à Nouméa ? Est-ce possible ?

Le projet d’Utopia de Pont-Sainte-Marie dans l’Aube consiste en un nouveau complexe de 4 salles et 298 places (les petites jauges faisant partie des standards d’Utopia depuis près d’un demi-siècle). Avec des coûts de construction resserrés, il vise un  niveau environnemental jamais égalé en France et certainement même au-delà : premier cinéma à énergie positive aux plus hauts niveaux (E+ niv.4), décarboné (C- niv.2), réalisé avec des matériaux biosourcés, zéro déchet (compostage), avec une gestion raisonnée des eaux usées et potable, grâce à une noue végétalisée et des toilettes sèches tellement plus hygiéniques et moins propagatrices de virus que les toilettes humides. Un bâtiment économe et plus respectueux de l’environnement dont la conception est assistée par des architectes et une Assistance de Maîtrise d’Ouvrage spécialisés dans l’optimisation énergétique et environnementale. L’occasion pour Utopia de concrétiser une réflexion autour de l’environnement et de la salle de cinéma. Un désir renforcé au fil de la programmation de films sur l’écologie, des débats/rencontres qui s’en sont suivies. La première simulation thermique dynamique, démontre que notre bâtiment, pourtant prévu pour accueillir du public n’est pas plus énergivore au m3qu’une grande maison individuelle passive ! Quant à son bilan carbone : 12 ans de fonctionnement équivaudront à un aller-retour en avion pour 5 personnes à Nouméa…

Utopia ambitionne de faire de ce lieu, qui prendra à moyen terme une forme coopérative, un prototype reproductible par tous.

 

Zone d’implantation :

Suite à un rapport annuel du CNC et plusieurs articles parus dans la presse dénonçant le mauvais équipement de l’Aube en matière de cinéma, et particulièrement de l’Art & Essai, les élus d’une commune située à trois kilomètres de Troyes, Pont-Sainte-Marie (5200 habitants), sont venus solliciter Utopia. En 2019, avec 1 fauteuil pour 81 habitants (la moyenne française étant d’1 pour 57), seuls 5 départements en France ont une densité du parc plus faible que l’Aube. En 2019, ce sont encore 200 films Art et Essai qui n’ont pas été diffusés dans l’agglomération troyenne.

Pont-Sainte-Marie, commune située à trois kilomètres de Troyes bénéficie de l’aura de cette dernière qui accueille chaque année près de 4 millions de visiteurs. La zone d’implantation du futur cinéma a un tissu économique local dynamique grâce à ses magasins d’usine et ses établissements scolaires (20 800 élèves dans la zone primaire, 10 800 étudiants à Troyes).

La structure de la population de Pont-Sainte-Marie est favorable à l’implantation du cinéma. 38% des habitants de la commune sont des retraités, catégorie consommatrice de cinéma.  Une étude de marché prévoit entre 85 000 et 105 000 entrées réalisables. Un projet soutenu par la population (déjà plus de 2000 followers bien avant l’ouverture sur les réseaux sociaux), après avoir mis en ligne une pétition (qui avait recueilli plus de 2000 signatures), des cinéphiles ont créé une association de soutien à l’implantation du cinéma Art et Essai.

Pont-Saint-Marie est le terrain d’ambitieux projets en matière d’environnement et de développement durable : création du premier écoquartier de l’Aube (au centre duquel sera implanté le futur cinéma), pionnière en France en matière de collecte hippomobile des déchets, protection de l’environnement (14 hectares de poumon vert au cœur de la ville, un arboretum aux arbres centenaires remarquables). Par contre, la commune reste en déficit d’équipements culturels. Situé à proximité d’un Quartier Prioritaire de la Ville, ce nouveau cinéma de proximité sera, non seulement un nouvel espace de cohésion sociale pour les maripontains, évitant que la zone ne se transforme en « cité dortoir », mais il rayonnera pour tous les habitants de Troyes et au-delà.

 

Utopia, un cinéma populaire :

L’Utopia, fondé il y a 44 ans, est aujourd’hui un réseau de 6 cinémas indépendants, tous en SCOP ou en voie de transformation. La ligne éditoriale d’Utopia est rigoureuse : 85% à 95% art et essai, des films en VO uniquement, des tarifs les plus démocratiques possibles (prix moyen autour de 5 €, beaucoup de spectateurs optant pour l’achats de carnets non nominatifs, non limités dans le temps, valable dans tous les Utopia de France et à l’American Cosmograph de Toulouse), une multiprogrammation… Sans recettes annexes (publicité, confiseries, etc.). Le réseau a généré 30 millions d’entrées sur les 30 dernières années. La politique d’animation d’Utopia s’appuie sur la diffusion massive de son programme La Gazette, véritable petit journal (entre 32 et 72 pages selon les villes d’implantation) édité toutes les 5 semaines. 50 millions de Gazettes ont été diffusées en 40 ans.

Chaque cinéma Utopia a son propre style, mais tous semblent un peu hors du temps, « sans 3D, ni popcorns ». La spécificité d’Utopia Pont-Sainte-Marie est d’expérimenterdes solutions durables pour préserver la planète.

Construit dans un ancien camp militaire, le cinéma s’ouvrira sur un parc de deux hectares, qui favorisera des activités extérieures : une terrasse permettra d’organiser des ciné-concerts en plein air l’été. La Gazette, diffusée à 30 000 exemplaires, rendra les actions locales plus visibles, engendrera des collaborations à des projets stimulants, avec les habitants et structures locales. Les synergies ainsi mises en place entraineront une forme de médiation sociale naturelle, propice au bien vivre ensemble, à l’intelligence collective.

Un espace non-marchand, avec un coin cheminée renforcera la convivialité du hall aux couleurs chaleureuses. Des veillées au coin du feu et animations autour des films y seront organisées. Des livres et jeux y seront mis à la disposition des grands et des petits. Cet espace pourra être animé à tour de rôle par des collectifs locaux en accord avec l’équipe du cinéma.

Une tartinerie Zéro déchets favorisera l’accueil autour des séances (repas à thème, soirées goguettes), accessible à tous, cuisine élaborée à partir de produits frais, bios, issus de circuits courts.

Grâce à sa salle d’éducation à l’image, spécialement aménagée à cet effet, Utopia Pont-Sainte-Marie proposera aux scolaires des temps privilégiés. Du matériel ludique et pédagogique sera mis à leur disposition, des ateliers à la carte seront organisés en collaboration avec des partenaires tels le Blackmaria(Pôle régional d’éducations aux images), le festival Court en scène…  Des séances« arrêts sur image », facilitant un travail de proximité, en petits groupes, offrant une ouverture au monde…

L’accessibilité pour les PMR sera renforcée, grâce à deux salles de plain-pied, qui faciliteront l’accès à des groupes entiers de personnes, qui sans être en fauteuil, souffrent de handicaps qui leur permette difficilement de monter les marches des salles avec gradins – initiative plébiscitée par l’Unicef champenois. Toutes les salles, équipées en Twavox, proposeront  également des séances OCAP régulières pour les films français.

 

Équipements et techniques constructives mis en œuvre :

Pour une telle démarche environnementale, il est essentiel qu’il y ait une grande cohérence, des échanges ouverts et constants, entre les Bureaux d’étude, les architectes et surtout l’AMO spécialiste de l’optimisation énergétique. En quelque sorte, il faut accepter qu’il ait le « short cut », son rôle est prépondérant pour réussir un bâtiment qui vise plus haut que les HQE habituelles et préfigure les normes de demain (au moins celles de 2022). Il faut que chacun (même le maître d’œuvre) sorte de sa zone de confort, se méfier des certitudes, des idées reçues, martelées depuis des décennies par le règne du « tout béton ». Ce qui prime n’est alors plus l’apparence du bâtiment, mais ce qui se passe dans ses entrailles, son impact carbone lors de sa construction puis en fonctionnement, l’évaluation de sa consommation énergétique, comment tout cela évoluera dans le temps en tenant compte du réchauffement climatique (jusqu’en 2040), de périodes de canicule, de grands froids…

La première phase de la Simulation Thermique Dynamique (STD 1), a permis d’envisager tous ces cas de figure. Des pistes explorées, certaines ont été retenues, d’autres abandonnées (c’est le cas de la géothermie évoquée au Sommet des Arcs, mais peu intéressante en définitive sur le terrain alloué ici). Nous entrons dans une seconde phase de Simulation Thermique Dynamique (STD 2) qui va permettre d’affiner encore les choix entérinés jusqu’à lors qui sont :

– L’utilisation de matériaux décarbonés, dès que possible en circuits courts :

  • Ossature en bois, remplissage en chanvre, paille ou laine de bois
  • L’idée d’un toit en paille a été abandonné car obligeait à doubler les structures de portage et entraînait des surcoûts importants.
  • Bardages bois en extérieur
  • Utilisation de terre crue en intérieur
  • Dalle bétonnée pour assurer la stabilité énergétique du bâtiment
  • L’imperméabilisation des sols : elle est remise en STD 2. En effet, dans le cas de Pont-Sainte-Marie, elle coupe le bâtiment de la fraîcheur du sol.

– La chasse au gaspillage, diminution des coûts fixes :

  • Éliminer le moindre espace inutile. Ne jamais perdre de vue que plus il y a de volume, plus il faut le traiter, brasser de l’air… plus il est difficile de contraindre les coûts de construction et de fonctionnement. Pour obtenir une gestion optimale et raisonnée, chaque centimètre cube doit être optimisé ou éliminé s’il ne sert pas au fonctionnement de l’exploitation.
  • Des projecteurs moins énergivores seront utilisés, au phosphore lazer DP2K.
  • La recherche et le traitement de tous les points de fuite énergétiques
  • La végétalisation de la façade sud l’été pour diminuer les besoins énergétiques du hall.
  • Toilettes sèches : système de ventilation un peu trop énergivore (à améliorer STD 2)
  • Équipement des cuisines Tisanerie (à réétudier en STD 2)

– La production énergétique grâce à des techniques biosourcées, ne faisant pas appel aux énergies fossiles :

  • CTA pour le renouvellement d’air, la climatisation légère des salles
  • Chaufferie bio masse
  • Rafraîchissement et chauffage par le sol, pour obtenir un hall non climatisé, mais agréable (autour de 22°)
  • La cheminée poêle procure non seulement une ambiance chaleureuse, mais permet de chauffer le hall en réduisant les besoins du chauffage au sol.
  • Photovoltaïque : 825 m2de toiture qui produisent plus que la consommation du bâtiment et dont une partie pourra être revendue à EDF.
  • miroirs chauffants (toujours à l’étude en STD 2).

– Une gestion raisonnée de l’eau et des déchets :

  • Récupération des eaux de pluie (des toitures) grâce à une noue végétalisée de 138 m2. Une cuve pour l’arrosage est à l’étude en STD 2. Peu d’eaux usées, seules celles des lavabos, seront rejetées dans le réseau d’assainissement public, limitant ainsi l’impact environnemental et le coût de retraitement des eaux pour l’État.
  • Toilettes sèches sèches : pas de rejets d’eaux usées. Très hygiéniques, moins propagatrices de virus, les déchets sont traités dans les salles de compostagespositionnées sous le côté nord bâtiment en se servant de la pente naturelle du terrain qui a été utilisée au mieux.
  • Un système de compostage et de revalorisation des déchets du bistrot mis en place en collaboration avec la commune.

– Incitation à moins utiliser les véhicules polluants :

  • L’entrée principale se fait par une voie de circulation douce, interdite aux voitures.
  • Un garage à vélo, à l’abri de la pluie, est mis à disposition des usagers du cinéma.

La première simulation thermique dynamique, démontre que le bâtiment, pourtant prévu pour accueillir du public n’est pas plus énergivore au m3qu’une grande maison individuelle passive ! De fait, la principale difficulté n’est pas tant de le chauffer, que de le ventiler et de le rafraîchir l’été.

 

Le financement :

La haute ambition énergétique du bâtiment a été atteinte avec des coûts de construction pourtant resserrés, en cadrant parfaitement aux ratios de l’ADRC.

Malgré la pandémie de Covid-19 qui frappe et fragilise l’ensemble de la filière du cinéma de plein fouet, le projet a continué d’avancer. La crise actuelle, vient souligner la pertinence de modifier nos habitudes de consommation et l’urgence de préserver la biodiversité.

Un dossier de demande d’Aide Sélective à la Petite et Moyenne Exploitation, qui statuera le 3 juin 2020, a été déposé auprès du CNC. Pour modérées que soient les demandes d’Utopia (qui parvient à assumer seul 60 % du montant des travaux – tisanerie incluse), l’Aide Sélective reste  un déclencheur indispensable pour obtenir les aides du FEDER et de la Région qui suivent de près le dossier. Ce projet a été voulu exemplaire sur le plan budgétaire afin qu’il soit reproductible et accessible à d’autres salles, que chacun à son humble mesure puisse franchir le cap nécessaire et bientôt incontournable, pour  lutter contre le réchauffement climatique.

Le prévisionnel :

Une gestion rigoureuse conduira à l’équilibre financier sans recettes annexes, qui est une des marques de fabrique du réseau.

L’indépendance financière du lieu est rendue possible grâce à l’implication de la commune de Pont-Sainte-Marie qui met à la disposition du futur cinéma un terrain sous forme de bail à construction, emphytéotique de 99 ans. 3 salariés + 1/3 temps travailleront à l’Utopia Pont-Sainte-Marie au début pour ne pas alourdir les charges.

Des organismes environnementaux vont  être sollicités en vue de l’obtention de labels (notamment Bepos et Certivea) ainsi que des demandes d’aides pour les surcoûts liés à la partie environnementale. Mais elles viendront en cours de route, ou a posteriori, et il est difficile de les évaluer à cette étape. Par exemple, selon les régions l’Ademe intervient sur le solaire,  la Compagnie Générale des eaux pour les toilettes toilettes sèches.

En conclusion : Un cinéma durable est possible… il sera modeste, autonome et écologique…

ATELIER DES SORTIES #13 – Festival La Rochelle Cinéma, 47ème édition

 

 

 

 

 

 

 

Pour la 5ème année consécutive, l’Atelier des Sorties #13 aura lieu au Festival La Rochelle Cinéma, dans le cadre des journées de l’ADRC qui se dérouleront les 3 et 4 juillet 2019.

Un pot sera proposé à l’issue de l’Atelier par l’ADRC, le SCARE et le GIE Direct à 18h30, sous le préau du festival.

____

PROGRAMME :

____

BAC FILMS
avec Philippe Lux et Nicolas Pariser

ALICE ET LE MAIRE de Nicolas Pariser

Résultat de recherche d'images pour "alice et le maire"Date de sortie : 2 octobre 2019

Durée : 1h43
Genre : Comédie dramatique (France)

Acteurs : Fabrice Luchini, Anaïs Desmoustier

Le maire de Lyon, Paul Théraneau, va mal. Il n’a plus une seule idée. Après trente ans de vie politique, il se sent complètement vide. Pour remédier à ce problème, on décide de lui adjoindre une jeune et brillante philosophe, Alice Heimann. Un dialogue se noue, qui rapproche Alice et le maire et ébranle leurs certitudes.

 

____

Présentation de la RÉTROSPECTIVE ROBERTO ROSSELLINI
(Rome, ville ouverte / Paisà / Allemagne année Zéro / L’Amore / Stromboli…).

____
____

CONDOR FILMS
avec Sara Hassoun et Anne-Cécile Rolland

ROJO de Benjamín Naishtat

Résultat de recherche d'images pour "rojo condor"Date de sortie : 3 juillet 2019

Durée : 1h49
Genre : Thriller, Drame (Argentine)

Acteurs : Dario Grandinetti, Andrea Frigerio

Argentine, 1975. Claudio, avocat réputé et notable local, mène une existence confortable, acceptant de fermer les yeux sur les pratiques du régime en place.  Lors d’un dîner, il est violemment pris à parti par un inconnu et l’altercation vire au drame. Claudio fait en sorte d’étouffer l’affaire, sans se douter que cette décision va l’entraîner dans une spirale sans fin.

____

CEUX QUI TRAVAILLENT de Antoine Russbach

Résultat de recherche d'images pour "ceux qui travaillent"Date de sortie : 25 septembre 2019

Durée : 1h42
Genre : Drame (Suisse, Belgique)

Acteurs : Olivier Gourmet, Adèle Bochatay

Cadre supérieur dans une grande compagnie de fret maritime, Frank consacre sa vie au travail. Alors qu’il doit faire face à une situation de crise à bord d’un cargo, Frank, prend – seul et dans l’urgence – une décision qui lui coûte son poste. Profondément ébranlé, trahi par un système auquel il a tout donné, le voilà contraint de remettre toute sa vie en question.

____

____

HAUT ET COURT
avec Maxime Braquemard

FIRST LOVE de Takashi Miike – Festival de Cannes / Quinzaine des réalisateurs

Résultat de recherche d'images pour "hatsukoi takashi miike"

Date de sortie : 25 décembre 2019

Durée : 1h49
Genre : Drame, Action (Japon)

Acteurs : Masataka Kubota, Nao Ohmori

Une nuit à Tokyo, nous suivons Leo, un jeune boxeur, qui rencontre son « premier amour », Monica, une callgirl toxicomane restée innocente.
Leo ne sait pas grand-chose et Monica est involontairement impliquée dans un trafic de drogue. Toute la nuit, un policier corrompu, un yakuza, son ennemi juré et une tueuse envoyée par les triades chinoises, vont les poursuivre.

____

____

SOLARIS DISTRIBUTION
avec Guillaume Mannevy

TRILOGIE GEORGE ROMERO

Résultat de recherche d'images pour "jour des morts vivants"

 

(La Nuit des morts-vivants, Zombie, Le Jour des morts-vivants)

Date de sortie : 23 octobre 2019

TOUR DE FRANCE DIGITAL – ÉTAPE À ORLÉANS

Le Tour de France digital, organisé par le CNC et le SCARE, a fait étape à Orléans les 10 et 11 octobre 2019 !

La journée et demie de formation s’est déroulée entre les murs du superbe Hôtel Dupanloup.

Au programme : formation sites Internet et réseaux sociaux !
Avec la collaboration et l’expertise des agences de communication spécialisées sites Internet : Business Unit et cinéma et réseaux sociaux : LuckyTime et Silenzio Interactive.

Retrouvez ci-dessous les photos de nos stagiaires de la Région Centre-Val de Loire à l’Hôtel Dupanloup d’Orléans et de la réception le soir au Conseil Régional en présence du CNC.

Jeudi 10 octobre : formation sites Internet (module de 3h) 

 

Dîner offert aux participants à l’invitation de François Bonneau, Président de la Région Centre-Val de Loire
En présence de Dominique Boutonnat, président du CNC, l’adjointe au maire d’Orléans, l’ACC, le SFTC, CICLIC et la DRAC. 

Crédit photo : Alain Canon

 

Vendredi 11 octobre : formation réseaux sociaux (module de 6h)

 

Visite de l’Hôtel Dupanloup guidée par Luc Noblet, conseiller cinéma DRAC Centre 

 

Prochaine étape : les 28 et 29 novembre en Hauts-de-France à Lille ! Si vous souhaitez vous inscrire, c’est ici : http://scare.fr/formations/

Pour plus d’information, veuillez vous adresser à agathe.boismorand@scare.fr.

L’AGENDA DES SORTIES

Access Dynamic a lancé l’agenda dynamique des sorties de cinéma. Cet outil permet de visualiser l’ensemble des sorties de la semaine et du mois de manière visuelle et ergonomique. Il recense les informations principales de film : partenaires, FA, changement de date de sortie…

Il peut être complété par un second module qui s’appelle l’agenda négo.
Celui-ci permet de suivre ses négociations avec les distributeurs.

Access dynamic propose deux tarifs préférentiels aux  adhérents  du SCARE :
200€ /an au lieu de 250€ pour l’agenda dynamique.
– 300€ /an au lieu de 350€ pour l’agenda dynamique + l’agenda de négo.

L’outil est amené à évoluer pour ajouter de plus en plus de fonctionnalités pour assister les salles dans leur programmation.

 

Pour plus d’information cliquez-ici 

Contact

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU SCARE ET ÉLECTION DU CA // 14 MAI 2019 CANNES

Photo de gauche à droite :
Olivia Reggiani, Pascal Robin, Martin Bidou, Frédérique Duperret, Christine Beauchemin-Flot, Stéphane Libs, Paul-Marie Claret, Caroline Tronquoy, Jean-Marie Virginie, Boris Thomas, Béatrice Boursier
Photo : Julien Lienard

 

L’Assemblée Générale du SCARE s’est déroulée le 14 mai 2019, à Cannes.
Télécharger le rapport moral et d’activité

Le résultat du vote pour le renouvellement partiel du Conseil d’Administration a été annoncé lors de l’Assemblée Générale le 14 mai à Cannes.
Ont été élus ou réélus :

Christine BEAUCHEMIN-FLOT – Le Select, Antony
Martin BIDOU – Le Nouvel Odéon, Le Louxor, Paris – L’Astrée, Forum Chambéry – Le Sémaphore, Nîmes
Maila DOUKOURÉ – Cinéma du Panthéon, Paris
Frédérique DUPERRET – Comoedia, Lyon
Pascal ROBIN – Les 400 Coups, Châtellerault

Le Conseil d’Administration se compose de :

Christine BEAUCHEMIN-FLOT – Le Select, Antony
Martin BIDOU – Le Nouvel Odéon, Le Louxor, Paris – L’Astrée, Forum Chambéry – Le Sémaphore, Nîmes
Jérémy BRETA – American Cosmograph, Toulouse
Paul-Marie CLARET – Méliès, Méliès St-François, St Etienne
Sylvain CLOCHARD – Le Concorde, Nantes
Maila DOUKOURÉ – Cinéma du Panthéon, Paris
Frédérique DUPERRET – Comoedia, Lyon
Stéphane LIBS – Cinémas Star et Saint-Ex, Strasbourg
Yves MEJEAN – Le Dôme, Albertville – Chantecler, Ugine
Olivia REGGIANI – Cinéparadis, Chartres – Cinéparadis, Fontainebleau – Ermitage, Fontainebleau – Le Méliès, Nemours
Pascal ROBIN – Les 400 Coups, Châtellerault
Boris THOMAS – Ciné Saint-Leu, Amiens
Caroline TRONQUOY – Théâtre André Malraux, Chevilly Larue

Michel HUMBERT – Président d’honneur
 

L’élection des membres du bureau aura lieu lors du prochain Conseil d’Administration le 5 juin.

Le bilan Art & Essai 2018 ComScore a été présenté.
Téléchargez le bilan

 
L’Assemblée Générale a été précédée du traditionnel déjeuner du SCARE, sur la plage du Majestic, avec pour partenaires cette année ComScore, GB Assurances, Blue Efficience, Globecast et Box Office (Groupe Webedia).

ATELIER DES SORTIES #12 – Les Rencontres du cinéma de Gérardmer 23ème édition

Le 12e Atelier des Sorties aura lieu jeudi 4 avril 2019 de 14h45 à 17h00 dans le cadre des 23ème Rencontres du cinéma de Gérardmer, au cinéma du Casino JOA, en partenariat avec l’ACIEST.

PROGRAMME

Ad Vitam – Emmélie Grée

 

L’ADIEU À LA NUIT d’André Téchiné – France – 1h43

Date de sortie : 24 avril 2019

 

Muriel est folle de joie de voir Alex, son petit-fils, qui vient passer quelques jours chez elle avant de partir vivre au Canada. Intriguée par son comportement, elle découvre bientôt qu’il lui a menti. Alex se prépare à une autre vie. Muriel, bouleversée, doit réagir très vite…

 

 

LE CHANT DE LA FORÊT de João Salaviza et Renée Nader Messora – Brésil / Portugal – 1h54

Date de sortie : 8 mai 2019

Prix du Jury – Un Certain regard – 2018

Ce soir, dans la forêt qui encercle ce village au nord du Brésil, le calme règne. Ihjãc, un jeune indigène de la tribu Krahô marche dans l’obscurité, il entend le chant de son père disparu qui l’appelle. Il est temps pour lui d’organiser la fête funéraire qui doit libérer son esprit et mettre fin au deuil. Habité par le pouvoir de communiquer avec les morts, Ihjãc refuse son devenir chaman. Tentant d’échapper à son destin, il s’enfuit vers la ville et se confronte alors à une autre réalité : celle d’un indigène dans le Brésil d’aujourd’hui.

 

NEVADA de Laure de Clermont-Tonnerre – France / USA – 1h36

Date de sortie : 19 juin 2019

Festival de Sundance

 

SO LONG, MY SON de Wang Xiaoshuai – Chine – 3h

Date de sortie : 3 juillet 2019

Festival de Berlin : Ours d’argent – Meilleur acteur / Ours d’argent – Meilleur actrice


KMBO – Léa Belbenoit et Louise de Lachaux

 

WORKING WOMAN de Michal Aviad – Israël – 1h32

Date de sortie : 17 avril 2019

 

Orna travaille dur afin de subvenir aux besoins de sa famille. Brillante, elle est rapidement promue par son patron, un chef d’entreprise. Les sollicitations de ce dernier deviennent de plus en plus intrusives et déplacées. Orna prend sur elle et garde le silence pour ne pas inquiéter son mari. Jusqu’au jour où elle ne peut plus supporter la situation. Elle décide alors de changer les choses pour sa famille, pour elle et pour sa dignité.


Art House Film – Marie Demart et Océane Jubert

JE VEUX MANGER TON PANCRÉAS de Shinichiro Ushijima – Japon – 1h55

Date de sortie : 21 août 2019

Sakura est une lycéenne populaire et pleine de vie. Tout l’opposé d’un de ses camarades solitaires qui, tombant par mégarde sur son journal intime, découvre qu’elle n’a plus que quelques mois à vivre… Unis par ce secret, ils se rapprochent et s’apprivoisent. Sakura lui fait alors une proposition : vivre ensemble toute une vie en accéléré, le temps d’un printemps.



Les Saisons Hanabi 2019

Art House lance la première Saison Hanabi en collaboration avec Arte : Le Printemps Hanabi, un festival pour et dans les salles, dès le 15 mai. Il sera consacré à Ryusuke Hamaguchi.

Suivra dès le 3 juillet l’Été Hanabi avec un focus sur Koji Fukada.



 

 

 

Avec le soutien du CNC



TOUR DE FRANCE DIGITAL SCARE / CNC

Le CNC a mis en place, en collaboration avec le SCARE, un Tour de France digital – des formations gratuites destinées aux exploitants indépendants pour mieux appréhender les outils numériques (sites internet et réseaux sociaux) dans les 13 régions de France. 

Prochaines étapes du Tour de France digital : 
  • Pays de la Loire
  • Bourgogne Franche Comté 
  • Île de France 

(Dates reportées en raison de Covid 19) 

 
Pour plus de renseignement, contacter agathe.boismorand@scare.fr 
 
 

Programme Formation :

1er jour :

16h30 à 19h30 : Formation-atelier

20h00 : Dîner offert aux participants en présence de Dominique Boutonnat, Président du CNC.

2ème jour :

9h00 à 13h00 : Formation-atelier

13h00 à 14h00 : Déjeuner offert aux participants en présence de la direction du CNC

14h00 à 16h00 : Formation-atelier 


La formation « Pratique des réseaux sociaux et utilisation des sites internet » s’articule autour de deux modules :

Les réseaux sociaux : connaître leur fonctionnement pour mieux les utiliser, amplifier ou cibler les communautés
Sites internet : mise en place et animation

La formation comprend théorie et pratique pour mieux appréhender les notions vues et sera l’occasion d’échanger sur les différentes pratiques des participants, afin de trouver les moyens d’améliorer les usages et mieux collaborer.


La coordination et la conception de la formation est assurée par le SCARE qui bénéficie d’une expérience depuis deux ans d’organisation de sessions de formation dans ce domaine, à l’attention des exploitants en régions avec la collaboration et l’expertise de Silenzio interactive, La Grande Ourse et LuckyTime agences de communication spécialisée cinéma et réseaux sociaux ainsi que Business Unit (On Demand) agence spécialisée en marketing digital et outils web..

 

APPEL A CANDIDATURES POUR LE CONSEIL D’ADMINISTRATION DU SCARE

Le SCARE renouvelle un tiers de son Conseil d’Administration. Nous vous invitons à vous porter candidat.e.s pour participer à la réflexion collective et aux travaux du syndicat.
Un poste supplémentaire sera ouvert cette année. 
 
Si vous souhaitez vous investir, merci de transmettre avant le 11 mars 2019 une brève présentation et une note d’intention,
à : beatrice.boursier@scare.fr.

Nous espérons que vous serez nombreux à candidater. 

VEUILLEZ NOTER QUE LE VOTE AURA LIEU CETTE ANNEE SOUS FORME ELECTRONIQUE.
N’hésitez pas à nous communiquer tout changement d’adresse mail du responsable de l’établissement. Le résultat des élections sera communiqué lors de l’Assemblée Générale à Cannes.

Trophée du Film Français de la meilleure exploitante

FELICITATIONS  à Christine Beauchemin-Flot, directrice programmatrice du cinéma Le Select à Antony, et co-présidente du SCARE, pour le Trophée du Film Français de la meilleure exploitante, remis par le jury de distributeur.rice.s.

De gauche à droite : Paul Robert (Metropolitan Filmexport), Marina Gomez (Pyramide Distribution), Barbara Schweyer (Paname Distribution), Wanda Schpoliansky (Paramount pictures France), Mikaël Muller (Océan Films Distribution Intl).

Photo : Julien Lienard